Le projet d’autoconsommation collective sur le quartier Plessier

Rédigé par

Audrey Petit

Catégorie

Éolienne

Photo AAE

La communauté de communes du Sundgau, lauréate du projet d’accélérateur de la transition, a choisi d’orienter sa stratégie vers la maîtrise de l’énergie et le développement des énergies renouvelables. Elle a donc mandaté dès 2021 le bureau d’étude TECSOL afin de réaliser une étude de faisabilité d’un projet d’autoconsommation collective à l’échelle du Quartier Plessier .

 

 

S’en est suivi une visite de site

L’autoconsommation collective consiste dans la répartition de la production photovoltaïque entre plusieurs consommateurs et un ou plusieurs producteurs sur une zone définie (périmètre de 2km – extensible sur dérogation à 20 km).

Si la centrale de production se situe sur le bâtiment d’un participant à l’opération, ce dernier peut autoconsommer en priorité les kilowattheures (kWh) produits, et ensuite distribuer le surplus aux participants via le réseau de distribution de l’électricité.

Les kWh distribués peuvent être donné à titre gracieux ou vendus aux participants de l’opération. L’ensemble des participants sont réunis au sein d’une Personne Morale Organisatrice (PMO) qui est l’interlocuteur d’Enedis pour gérer la répartition de la production entre les participants.

L’étude d’autoconsommation collective réalisée par Tecsol à l’échelle du quartier remise à la collectivité, de nombreuses interrogations demeurent : quelles toitures privilégier ? Quels participants intégrer au projet ? Quel mode de valorisation des kWh produit pour la collectivité ?

En effet, bien que l’autoconsommation collective séduit de plus en plus de collectivités, ce partage de l’électricité n’est légalement possible que depuis 2016 et ses contours sont encore fluctuants.

 

Pour finir

Afin de sécuriser son projet, la collectivité, conseillée par Alter Alsace Énergies, a donc décidé de s’orienter vers un projet d’autoconsommation patrimoniale : les seuls participants au projet seront les bâtiments détenus par elle-même. L’avantage de cette opération est sa simplicité de mise en œuvre : la collectivité partage l’énergie produite entre ses bâtiments sans avoir besoin d’émettre de factures, ces derniers constatent simplement une réduction des kilowattheures consommés sur leur facture d’électricité éditée par leur fournisseur classique. Elle réduit donc sa facture énergétique globale à l’échelle du quartier.